Les Filles de l'Union

05 juillet 2013

Prologue

Le Livre était décoré par des enluminures lui donnant une impression de vie. Les pages étaient blanches, pratiquement éblouissantes. Valia, de son écriture soignée, remplissait chaque page et racontait à sa fille Ashley une histoire se déroulant dans un endroit inconnu et paradisiaque. La dernière phrase du Livre avait été écrite par une écriture pressée et illisible. Ce n'était pas celle de Valia et elle paraissait avoir été écrite bien avant que l'histoire ne le soit. Ashley avait mis du temps pour arriver à lire la phrase. 

"On y croit, on n'y croit pas, mais ce conte a une face cachée de lui-même qui raconte la vérité et qui se dévoilera un jour. Quand il le faudra."

Cette phrase était pour la jeune fille le plus grand mystère de sa courte de vie. Car ni Valia ni Gérémy, son père, ne voulait lui donner d'explications.

Posté par delphine2013 à 00:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]


08 juillet 2013

Chapitre 1

               Le téléphone vibrait depuis quelques minutes mais personne ne répondait. Ashley somnolait encore quand une voix bien connue cria depuis la cuisine.

- Ashley ! Viens prendre ton déjeuner.

La jeune fille se leva quand même et se dirigea vers la cuisine de mauvais poil.

- Bonjour m'man, dit-elle à Valia qui s'affairait à chercher son téléphone portable impossible à trouver.

- Bonjour ma puce, tu as bien dormi ? Répondit la jeune femme. Ce n'est pas aujourd´hui que tu dois aller à la bibliothèque avec Martin ? 

Ashley se versait des céréales, et regardait sa mère. Valia était jeune et belle. À peine âgée de 32 ans, elle était déjà mère d'une adolescente de 13 ans. 

- Si, mais j'ai rendez-vous avec lui à 8h30 en bas de la rue, au parc.

- Et comment réagirais-tu si je te disais qu'il est 8h25 ? dit la jeune femme en regardant sa fille.

- Tu plaisantes, répliqua Ashley. Ton air amusé en dit long. 

- Bon comme tu veux ... Ce n'est pas moi qui vais rater mon rendez-vous ... Et puis, si tu ne me crois pas, regarde l'heure, répondit la jeune mère en désignant de la tête l'horloge suspendue au dessus de la porte.

Ashley ne voulait pas admettre que sa mère est raison mais elle eût un doute. Elle regarda quand même l'heure et s'aperçut que sa mère avait raison. Sans prendre le temps de finir son petit-déjeuner, l'adolescente courut se préparer et fut prête en une minute. Quoique coiffée à la va-vite.

- Salut m'man ! cria-t-elle depuis le hall d'entrée. Je reviens vers 16h.

- Ashley, tu as pris de l'argent pour midi ? demanda Valia.

- Oui oui ... J'ai pris 20 euros dans ton porte-monnaie.

*****

               Quand Ashley arriva au parc, son meilleur ami Martin était affalé sur un banc.

- Et bien ! Je vois que vous êtes en avance mademoiselle Vidal, ironisa le garçon.

- Salut Martin. Excuse-moi du retard. Je n'ai pas vu l'heure, s'excusa-t-elle.

- Tu sais que ça existe un réveil, dit-il en se levant.

Les deux amis commencèrent à marcher pour aller à la bibliothèque, quand une voix reconnaissable entre toutes se fit entendre derrière eux. Ils se retournèrent pour se retrouver nez à nez avec leur pire ennemie. 

- Oh ! Salut les ringards. Vous allez où comme ça ? Peut-être au cinéma ? Voir un film ringard tout comme vous, dit celle-ci.

Jessica était une grande fille d'un mètre soixante-quinze, aux cheveux roux et aux yeux marrons foncés. Elle était une des filles les plus populaires de leur collège, et toujours accompagnée d'une bande de filles plus coquettes les unes que les autres.

- Tais-toi Jessica, répliqua Ashley doucement pour ne pas s'énerver.

- Ashley Vidal. Tu n'as toujours pas changer depuis ... deux jours, dit la peste, accompagnée des éclats de rires de sa bande. 

- Et tu crois que toi, tu as changé ? Murmura Ashley assez fort pour que la peste puisse entendre. Non, tu ne changeras jamais. Tu es et tu seras toujours orgueilleuse, égocentrique, avare ...

- Tu sais quoi ? Tu ne me battras jamais sur aucun point, dit Jessica. Ah si ! Je suis bête. Tu es la reine des ringards et tu me dépasse aussi largement en laideur.

Ashley ne voulait pas s'avouer vaincue devant sa pire ennemie, mais elle se trouvait moche et savait que Jessica était belle. Toutle monde le savait, même Martin. Soudain une voix, qui jusqu'alors ne s'était pas manifestée, s'éleva. C'était Martin.

- Laisse-la ! S'écria-t-il. Tu ne vaux pas mieux qu'elle. Elle est beaucoup plus belle et intelligente que toi. À côté d'elle tu n'es rien.

Ashley de tourna vers Martin, stupéfaite. Elle était plus qu'étonnée. Aucune personne ne se dressait contre Jessica, sauf Ashley, de plus Martin était un garçon beau certes mais très timide. Jamais il n'osait se mettre contre quelqu'un. Mais là, Martin n'avait plus cet air isolé les mains dans les poches. Dominant la fille rousse du haut de son mètre soixante-douze, il la fusillait du regard.

- Ne crois pas que je vais te laisser le plaisir de te mettre au devant de la scène, dit-il.

La belle rousse furieuse serrait les poings. Elle regarda Ashley qui à ce moment se disait que si un regard pouvait tuer elle serait morte sur-le-champ. Jessica regarda ensuite le garçon avec une expression indéchiffrable puis tourna les talons suivie de sa bande qui dévisageait Martin avec admiration. Quand elles furent hors de vue, Ashley se tourna son meilleur ami et sourit.

- Tu as été ...formidable, lui dit-elle.

- Merci, répondit-il.

Pendant qu'ils reprirent leur marche, un silence s'était installé. La jeune fille fut la première à le rompre.

- Dis, Martin, c'est vrai ce tu as dit à Jessica ? Demanda-t-elle en regardant le garçon qui évitait son regard en tournant la tête. 

- De quoi ? Quand ? 

- Quand tu as pris ma défense contre Jessica.

- Ah. Oui. Je pense vraiment ce que j'ai dit, dit le garçon gêné après un temps d'hésitation. Même si j'ai pris quelques risques.

- C'était, je trouve, courageux. Surtout contre Jessica et sa bande, affirma la jeune fille. 

Ils arrivèrent enfin devant la grande bibliothèque. Après avoir dit bonjour au bibliothécaire les deux amis prirent place à une table puis se dirigèrent vers la rangée des livres de légendes. En arrivant dans la rangée, Ashley se figea sur place les yeux écarquillés. Une adolescente aux cheveux bruns avec quelques reflets blonds, aux yeux argentés, cherchait des livres. Elle sentit la présence de Martin et Ashley, se retourna vers eux et vit Ashley stupéfaite. Les deux filles se ressemblaient comme deux gouttes d'eau, seuls leurs yeux étaient différents car les yeux d'Ashley n'étaient pas argentés mais dorés. L'étrangère en voyant Ashley s'était crspée. Martin s'avança vers elle mais celle-ci réussit à l'esquiver. Et au lieu de courir se volatilisa laissant derrière elle, Ashley d'une pâleur surprenante. Le garçon fronça les sourcils et se baissa pour examiner un pendentif en or blanc sûrement d'une des poches de la fugitive. Il était en forme de croissant de lune. Reprenant ses esprits, Ashley s'accroupit pour le prendre. À son contact, le pendentif était brûlant, surprise elle le lâcha. Or au lieu de retomber par terre, il resta en l'air. Les deux adolescents se relevèrent d'un bond.

- Qu'est-ce ... que ... ? bredouilla Martin. 

Mais ce qu'il vit le stupéfia d'avantage. Le pendentif changeait d'apparence toutes les secondes. Il se transformait en un magnifique pendentif en forme d'un soleil d'or, et de suite après il retrouvait sa forme initiale. Cela durait devant Ashley de plus en plus livide. Martin se plaça derrière elle au moment où elle tomba dans les pommes.

 

Posté par delphine2013 à 23:42 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

09 juillet 2013

Chapitre 2

     Ashley flottait dans l'air au-dessus d'une mer couleur lapis lazuli. Plus loin elle voyait deux autres personnes flotter  au-dessus de l'endroit où se rejoigner l'eau et la terre. Elle se rapprocha seulement par la pensée, et quand elle vit les habits des personnes, elle sut où elle était. C'était un couple coiffé chacun d'une somptueuse couronne. L'homme portait une couronne argentée et la femme une couronne dorée. Ils étaient tous deux habillés de vêtements majestueux. Ce qui attira l'attention d'Ashley c'était olé pendentif que portait le Roi. Il ressemblait étrangement au pendentif de la bibliothèque. La jeune fille remarqua que la Reine portait le même sauf en forme de soleil de la même couleur que ses yeux, doré. Le jeune couple semblait ne pas la voir ni l'entendre. Le vent se mît à souffler, une fleur que la Reine tenait s'enflamma et la mer rejoignit le tout. Ashley savait ce qui allait se passer. Mais au moment où ils tendirent leur poignet, une voix murmurait son prénom comme si elle voulait la réveiller d´un profond sommeil.

*****

               Valia caressait le visage de sa fille en murmurant son prénom. Malgré le calme apparant sur son visage elle était encore très inquiète. Martin l'avait appelé de la bibliothèque vingt minutes après le départ d'Ashley. Il lui avait raconté une histoire de sosie, de pendentif qui se transformait en deux pendentifs différents et de ... problèmes. Quand elle était arrivé à la bibliothèque, il portait sa fille dans ses bras et la panique était peinte sur son visage. 

Ashley marmonna des mots incompréhensibles et secoua la tête, puis ouvrit les yeux. Ce qu'elle vit en premier fut sa mère, son meilleur ami et la femme du bibliothécaire, madame Bufont.

- Mais ... Qu'est-ce qui ... Se passe ? Demanda-t-elle très doucement.

- Chut ... Martin t'expliquera tout ça après, mais en attendant repose-toi, lui dit Valia.

Certes la jeune fille était encore un peu sonnée par les précédents évènements, or elle voulait savoir ce qui s'était passé. Voyant que sa meilleure amie n'allait pas en rester là, il dût avec la permission de Valia lui raconter ce qui s'était passé.
Quand il lui remémora les transformations alternées du pendentif, Ashley se souvint des deux pendentifs du couple royal.

- J'ai rêvé du conte que tu as écrit , Maman. C'était exactement comme tu l'as décrit, annonça-t-elle.

La réaction de Valia, tout à fait inattendue, surpris les deux adolescents. Valia était devenue pâle et s'était levée brusquement. Elle se précipita sur son sac et chercha frénétiquement quelque chose. Ashley se redressa pour voir ce que faisait la jeune femme. Elle remarqua qu'elle se trouvait dans une salle isolée de la bibliothèque. Madame Bufont s'adressa à Valia .

- Excuse-moi Valia. Mon mari m'a dit qu'une personne vous attend.

- Qui est-ce ? demanda Valia.

- Elle a refusé de nous le dire, dit la vieille dame.

Posté par delphine2013 à 15:00 - Commentaires [0] - Permalien [#]